Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
  • 04 81 91 68 89
  • info@spy-security.com

Category ArchiveVidéosurveillance

Qu’est-ce que le courant porteur

Pas ou très peu de travaux donc une gêne très réduite pour la marche normale du site

Pas de nuisances

Des délais de mise en œuvre sur site très courts (quelques jours seulement)

Des budgets de 2 à 5 fois inférieurs aux coûts de câblage complet

Une complémentarité des CPL avec d’autres réseaux (câbles, WiFi, …)

Une utilisation simple, mobile et évolutive

Les CPL permettent :

De rendre un bâtiment communicant et mettre en réseau un bâtiment voisin sans travaux :

Les CPL transportent les données via le réseau électrique. Il n’y a donc pas de travaux à faire.

La mise en place de la technologie CPL se fait proprement, sans bruit, sans dérangement pour les occupants des bâtiments.

Le réseau électrique alimente tous les bâtiments à partir d’un même compteur. Une fois l’étude d’ingénierie réalisée sur l’ensemble du site, le bâtiment principal est équipé ainsi que les autres bâtiments qui peuvent alors bénéficier des mêmes services. Il n’y pas de tranchées à creuser pour connecter 2 sites voisins, il suffit de brancher les ordinateurs, via les adaptateurs CPL, dans les prises électriques.

L’accès au réseau local et à Internet se fait via un adaptateur branché dans une prise électrique. L’utilisation est facile, instantanée et disponible 24h/24.

Les adaptateurs peuvent être affectés à un ordinateur fixe, à un portable, à une imprimante. Ils peuvent être partagés entre plusieurs ordinateurs via un hub. Ils peuvent également être déplacés si l’ordinateur n’est pas mobile.

Au fur et à mesure que les besoins augmentent, Alteerlan fournit des adaptateurs supplémentaires configurés de façon à communiquer exclusivement sur votre site.

Les adaptateurs CPL sont nomades. Les prises électriques sont présentes dans toutes les salles de votre bâtiment. Les équipements multimédia peuvent être mis en commun, en utilisant un ordinateur portable ou un chariot multimédia, et pourront être utilisés dans différentes salles, en branchant l’adaptateur CPL sur n’importe quelle prise, en fonction des besoins de chacun.

Il n’est pas nécessaire de se déplacer, c’est l’informatique qui se met à votre portée.

Les points importants à connaitre concernant la vidéosurveillance d’une habitation

Les gammes de vidéosurveillance maison

Vous avez le choix entre un système de vidéosurveillance standard avec une visualisation à distance de votre espace extérieur ou intérieur et un dispositif plus poussé avec une alarme et un système de détection de mouvement. Parmi les plus demandées, la vidéosurveillance bébé qui consiste à veiller sur les enfants. Mais la vidéosurveillance se décline de plus en plus en outils d’espionnage tels les stylos camera, les clés de voiture espion, les briquets camera, les rasoirs espion, les montres camera, les lunettes camera, les réveils camera et bien d’autres avec mini caméra intégrée.

Filaire, Wifi, analogique, IP, lequel choisir ?

Choisissez votre type de vidéosurveillance selon la sécurisation que vous désirez. La vidéosurveillance analogique est le système standard et aussi le plus utilisé. Un câble coaxial relie le moniteur et l’enregistreur. Son avantage : une haute qualité d’image. La vidéosurveillance IP est reliée à un réseau informatique. On peut voir les images partout dans le monde avec une connexion Internet. La vidéosurveillance sans fil a l’avantage d’être généralement design, discrète et ne nécessite pas d’énormes travaux. On utilise du Wifi ou des ondes radio pour accéder à la caméra. La vidéosurveillance filaire se relie par câble au système. Son installation nécessite un peu plus de travaux que les autres systèmes de vidéosurveillance mais les images sont beaucoup plus claires qu’avec le Wifi. Certaines caméras permettent de visualiser en direct par Internet de n’importe où dans le monde les images de votre habitation. Les caméras de vidéosurveillance extérieure ont l’avantage d’être étanches et résistantes. Elles s’adaptent à la luminosité avec des fonctionnalités jour/nuit. La vidéosurveillance par infrarouge consiste à visualiser dans les lieux obscurs. La webcam de vidéosurveillance permet de visualiser les images directement par PC ou de faire un enregistrement sur disque dur. Les caméras IP sont très performantes. Elles permettent le traitement d’images, l’intégration de systèmes d’alarmes et de capteurs de bruit ou de mouvement. La caméra espion est la discrétion assurée. Elle est invisible et s’intègre dans divers objets tels les stylos, les montres, les clés de voiture, les miroirs, les boutons de chemise et bien d’autres. Pour mettre en place une vidéosurveillance par Internet, l’installation de logiciel, une connexion Internet, un ordinateur, une caméra IP ou une webcam sont nécessaires. Le logiciel de surveillance donne accès à la visualisation des images capturées par une ou plusieurs caméras sur un même écran, ils les archivent et l’intégration de certaines applications comme l’alerte SMS, e-mail, téléphone et la détection de bruit, de fumée ou de mouvement sont possibles. Même avec une vidéosurveillance standard, vous pouvez visualiser instantanément les images sur Internet Explorer. Les caméras IP autonomes réalisent toutes ces tâches dans leur système interne.

Que dit la loi sur la vidéosurveillance d’une habitation

Il faut faire une déclaration à la CNIL avant l’installation de votre vidéosurveillance même si son usage est privé. Elle est strictement réglementée. Quand la vidéosurveillance permet l’identification de personnes, il faut se référer à la loi informatique et libertés du 6 août 2004 qui est la modification de la loi du 6 janvier 1978. Selon l’article 39, le public doit être informé des pancartes, panneaux ou affiches bien visibles mentionnant l’existence d’une vidéosurveillance. Les personnes sous surveillance doivent posséder toutes les informations concernant le responsable de la vidéosurveillance à savoir son nom, le nom du destinataire des images, les modalités de leur droit d’accès aux images (elles ont en le droit sauf si c’est pour la sûreté nationale). La détermination du droit de conservation des images appartient à la préfecture, il ne doit pas être conservée plus d’un mois. Seuls les destinataires habilités ont le droit à la visualisation des images. L’installation de vidéosurveillance doit être justifiée (risque de vol, d’effraction, d’agression…).

L’entreprise de vidéosurveillance

Vous pouvez faire appel à un prestataire à distance ou plus rarement sur place, qui surveillera 24h/24 votre domicile et qui vous préviendra ou les personnes mentionnées dans le contrat en cas d’anomalie. La télésurveillance permet également l’envoi d’agents de sécurité pour faire un constat ou les autorités compétentes.

Les précautions à prendre

Différentes vidéosurveillances ainsi que des webcams ont été piratés en novembre 2014 et tout le monde pouvait visualiser instantanément des milliers de foyers, des salles, des cours intérieurs du monde entier. La faute à la mauvaise protection de l’accès du contrôle à distance. On se souvient aussi du piratage en 2013 de la vidéosurveillance bébé aux USA. Le pirate a pris le contrôle de la caméra et pouvait s’adresse au bébé en l’insultant, provoquant l’indignation des parents. Les risques De très nombreuses puces sont intégrées dans les objets connectés à Internet. Elles servent à l’interaction, le traitement, la conservation et le transfert des données d’un système ou d’un objet via un réseau. Des gens mal intentionnées risquent d’y accéder. Un cybercriminel pourrait pirater le système et avoir le contrôle de la caméra, il pourra alors visualiser tout ce qui se passe et pire, désactiver la caméra afin de commettre un cambriolage. Le pirate peut trouver l’adresse IP de l’objet connecté via un moteur de recherche spécial. En détectant la webcam, il parviendrait à avoir un contrôle total sur l’objet en ayant le mot de passe et l’identifiant. C’est d’ailleurs le principal problème si l’utilisateur n’a pas changé le mot de passe initial de 0000 ou 1111. On peut également y accéder avec un logiciel malveillant pouvant contrôler un ordinateur en passant par le Wifi ou un réseau personnel. 70% des objets connectés sont vulnérables, selon Hewlett-Packard. Protégez vos objets connectés ! Essayez d’accéder à votre caméra de vidéosurveillance par Internet pour observation. Modifiez les paramètres d’usine pour l’administrer à distance. – Créez un mot de passe assez long avec des chiffres, des lettres minuscules et majuscules. – Activez le WP2 (chiffrement de la connexion sans fil). Protégez les paramètres du routeur par un bon mot de passe. – Éteignez le Wifi quand il n’est pas utile. – Modifiez le nom SSID (pas le nom du propriétaire). – Installez un VPN (Virtual Private Network) pour que les données de connexion ne soient pas interceptées.

La vidéosurveillance remplacera-t-elle la surveillance humaine ?

Les systèmes de vidéosurveillance, qu’il s’agisse de domaines privés ou publics, sont de plus en plus performants et se déclinent en plusieurs objets. Cette technologie pourrait-elle un jour se passer des hommes ?

Rôles de la vidéosurveillance

La vidéosurveillance permet d’avoir l’œil sur une habitation, une entreprise ou des espaces publics en temps réel. Dans un usage privé, la vidéosurveillance enregistre les mouvements de passage de l’espace extérieur. Il y a même des caméras de chasse qui détecte les moindres mouvements. Puis, il y a la caméra pour les colliers de chiens et chats pour surveiller leur trajet. Des caméras sont aussi intégrées aux clés de voiture. À l’intérieur, les concepteurs rivalisent d’idées originales. De la surveillance de la chambre d’enfant ou de personnes dépendantes aux rasoirs avec caméra intégrée (pour surveiller la salle de bain par exemple) aux détecteurs de fumée caméra, plusieurs gadgets sont proposés avec une caméra intégrée. Pour les entreprises, la vidéosurveillance est présente pour dissuader des actes de malveillance, fournir différentes preuves auprès des assurances et des tribunaux, compter les flux de circulation, contrôler la bonne marche des opérations de caisse, surveiller l’accès à certaines zones. Dans l’espace public, la vidéosurveillance est utilisée pour prévenir le terrorisme et la criminalité. Ces derniers temps, la vidéosurveillance n’a cessé de se sophistiquer entre comptage des passants, reconnaissance faciale, lecture de plaques d’immatriculations, accès aux fichiers de personnes interdites de présence sur un endroit, entre autres.

La place de la compétence humaine

La vidéosurveillance devient une haute technologie capable de se développer avec différents objets connectés. De toute évidence, la technologie est de plus en plus importante pour la surveillance des biens. Le rapport à l’image qui s’est développé avec les smartphones et tablettes, a permis un boum de la réception d’images des différentes caméras installées sur n’importe quel support, que ce soit pour les particuliers ou les entreprises. Même si la performance de la technologie devient de plus en plus pointue, on ne peut pas se passer de la présence humaine qui l’utilise pour analyser les images, attraper un malfaiteur, décrypter un comportement et bien d’autres. La rapidité de l’information, la bonne qualité des images et la performance des algorithmes sont exploitées par un humain. L’intervention humaine est donc nécessaire pour l’exploitation de la vidéosurveillance. Puis, les caméras ne sont pas encore entièrement autonomes mais les concepteurs sont persuadés que des technologies qui repèrent une infraction et qui appellent les agents de sécurité ou les forces de l’ordre viendront dans le futur.

La CNIL surveille de près

Comme la vidéosurveillance est une technologie numérique, elle relève du ressort de la CNIL. Cependant, la CNIL ne voit pas d’un très bon œil le fichage des salariés avec leur photo, leur nom et leur poste pour avoir accès à l’entreprise. Selon la CNIL, on peut éviter d’y avoir recours en utilisant tout simplement des badges et un contrôle d’agent de sécurité, la reconnaissance faciale serait trop intrusive. L’identification à l’aide des technologies n’est donc pas compatible avec la loi française et les entreprises qui y ont recours risquent d’être pénalisées à cause de l’atteinte à la vie privée. L’utilisation de la reconnaissance faciale nécessite une autorisation de la CNIL. Pour l’utilisation privée, la vidéosurveillance doit être adaptée au lieu, l’espionnage d’une personne est condamnable. Mais la CNIL se contente de donner quelques recommandations concernant l’usage privé afin d’éviter les dérives. La France fait partie des plus sévères d’Europe en matière de protection de la vie privée.

Des améliorations qui se font attendre

Il y a quelques années, les concepteurs de caméras de vidéosurveillance promettaient de la détection automatique d’anomalie. À ce jour, les fabricants modèrent leur ambition et préfèrent plutôt renforcer la fiabilité des réalisations existantes que mettre en place des moyens pour développer d’autres produits innovants. Ils préfèrent affiner le système de détection de mouvement, la reconnaissance faciale, la suppression des fausses alertes ou encore l’identification de présence (animale, humaine). En même temps, les technologies qui existent actuellement sont parfaitement adaptées aux besoins des particuliers et des entreprises. Les systèmes actuels de vidéosurveillance permettent tout de même de différencier un enfant d’un chat. Ils peuvent également protéger des zones sensibles ou permettre, par exemple, aux animaux de circuler dans certaines pâturages, entre autres. En plus, 80% des commandes des clients concernent les caméras de vidéosurveillance standards qui n’offrent que l’enregistrement des mouvements. Les clients se tournent plus vers la haute définition, le zoom et la simplification d’angle de vue. On est maintenant habitué à une bonne qualité de vidéo grâce au développement de la bande passante permettant le transfert de données lourdes par Internet.

Les Français préfèrent la présence humaine

Selon l’Agora des directeurs de la sécurité, en 2013, 75% des Français aimeraient que les vidéosurveillances soient plus présentes dans les lieux publics et les transports en commun. Ils acceptent plutôt bien la présence des caméras mais ils ont une préférence pour la présence humaine. De toute façon, pour intervenir sur un lieu d’anomalie, la présence humaine est indispensable, il y a plusieurs choses que la technologie ne peut pas remplacer tels les policiers et les agents de sécurité. L’acceptation de la présence de la vidéosurveillance ne signifie pas être à longueur de temps surveillé. En 2015, la CNIL a interdit à Apple de filmer ses employés sans raison particulière. Elle a déclaré que l’orientation de la vidéosurveillance vers un salarié n’est seulement autorisée que dans des postes comme croupier d’un casino. La législation veille également à la protection intime des personnes comme les toilettes, les douches, les vestiaires, les salles de pause et de détente, les locaux syndicaux et bien d’autres. La vidéosurveillance sert à la sécurité, pas à la surveillance des employés. Les dirigeants d’entreprise agissent souvent sans être en conformité avec la loi car ils ne sont pas au courant des règlementations en vigueur. Les commerçants, par exemple, doivent afficher une indication de présence de vidéosurveillance et doivent demander une autorisation pour cela. Les images qui n’ont pas fait l’objet de déclaration auprès des représentants du personnel, de la préfecture, de la CNIL en utilisant le formulaire « vidéoprotection », ne seront pas validées par le tribunal en cas de litige.

Comment utiliser son système de vidéosurveillance conformément à la loi

L’installation d’un système de vidéosurveillance sécurise votre maison ou vos locaux professionnels. Désormais, vous pouvez contrôler les allées et venues chez vous depuis votre smartphone où que vous soyez dans le monde. Cependant, vous devez respecter des règles de bonne utilisation pour ne pas enfreindre la législation et ne pas donner à ceux qui vous entourent l’impression désagréable de les espionner à leur insu.

Avec une caméra pour 11 habitants, le Royaume-Uni détient le record de nombres de caméras par habitant. Sans tomber dans un tel excès, l’engouement pour la vidéosurveillance avec l’installation de matériel IP est réel tant chez les particuliers que dans les sociétés. Pour autant, l’excès nuit en tout. Un centre commercial Édouard Leclerc a été condamné pour avoir installé 240 unités, dont 60, pour surveiller les caisses et d’autres devant les toilettes les salles de pause ou le cabinet médical du lieu. La CNIL n’a pas apprécié un tel réseau et a condamné le centre à une amende de 10 000 euros pour surveillance excessive des salariés.

Les conditions d’installation d’un système de vidéosurveillance

Cet abus ne doit pas masquer la nécessité pour les sociétés et les particuliers d’installer une vidéosurveillance pour protéger leurs biens. Il faut simplement se conformer à la loi et respecter les principes de la loi informatique et liberté du 6 janvier 1978 et de la loi Loppsi 2 du 14 mars 2011.

Vous ne pouvez installer une vidéo surveillance sous le seul motif de surveiller les allées et venues de votre personnel ou des personnes que vous employez chez vous. Vous devez justifier d’un besoin de sécuriser ou de protéger votre outil de travail et vos biens notamment en cas de vol. Votre système de vidéosurveillance devra être obligatoirement proportionné aux lieux. N’imaginez pas installer une vidéo n’importe où. Espionner quelqu’un est totalement répréhensible. Cette condition est rappelée par l’article1121-1 du code de Travail et par l’article 9 du Code civil, qui consacre le droit de chacun au respect de sa vie privée.

Quels sont les endroits où fixer une caméra de vidéosurveillance

Si votre installation fonctionne à juste titre quand vous êtes absent de votre domicile ou en dehors des heures d’embauche de votre société pour surveiller vos locaux, vous êtes dans votre droit. En revanche, vous ne pourrez pas placer une caméra au-dessus d’un poste de travail ou d’une caisse sous prétexte de sécurité, sauf si des manipulations d’argent s’y déroulent, mais en ce cas, la caméra devra être axée sur la caisse et pas sur la personne.

Selon une fiche de la CNIL, les caméras dans une entreprise peuvent être installées au niveau des entrées et sorties des locaux, des issues de secours et des voies de circulation. D’autres peuvent être posées dans des entrepôts renfermant de la marchandise.

Les sanctions encourues en cas de non-respect de la loi

En cas de non-respect, vous pouvez être sanctionné par la justice. Filmer quelqu’un sans son accord dans un lieu privé peut être passible d’un an d’emprisonnement et d’une amende pouvant s’élever jusqu’à 225 000 euros pour une entreprise. De plus, elle peut se voir interdire d’exercer l’activité dans laquelle a été commise l’infraction.

En cas de « collecte déloyale ou illicite » (art 226-16 du Code du travail), un chef d’entreprise encourt une peine de cinq ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende. La sanction est identique en cas d’archivage excessif des données collectées (art 226-20), ou d’utilisation abusive des données (art 226-21), ou d’absence de déclaration à l’autorité compétente (art 226-16).

Où et quand déclarer son système de vidéo surveillance

Toute installation de vidéosurveillance doit faire l’objet d’une déclaration. Si la société est ouverte au public (commerce, restaurant…), le formulaire devra être envoyé à la préfecture. En revanche, si la société n’est pas ouverte au public, elle devra remettre sa déclaration à la CNIL. En cas de sites multiples, une demande doit être faite par lieu géographique.

Maintenant que vous avez remis les formulaires aux autorités compétentes, il ne vous reste plus qu’à prévenir votre personnel de l’installation de votre système de vidéosurveillance. Si vous avez un comité d’entreprise, vous devez l’en informer par commission (art L2323-32 du Code du travail). Dans tous les cas, vous devrez envoyer un courrier à chaque employé concerné par ce dispositif (art L1222-4 du Code du travail). Une information collective par voie d’affichage ou de publication collective n’est pas légale.

Durée d’utilisations des données filmées

Toutes les données collectées par vidéosurveillance ne peuvent pas être conservées au-delà d’un mois, sauf si ces données sont utilisées dans un cadre pénal ou disciplinaire. Si ces règles de bon usage ne sont pas respectées, la société ou la personne indélicate s’expose à plusieurs sanctions. La CNIL peut demander une compensation financière allant jusqu’à 150 000 euros.

Les particuliers n’échappent pas à cette loi et doivent s’y référer avant d’installer leur système de vidéosurveillance, même s’ils sont rarement tenus à une déclaration en préfecture. Sauf, si la voie publique, tout ou partie, apparaît sur leurs caméras. Dans ce cas, une déclaration en préfecture est obligatoire. Vous pouvez installer des caméras pour surveiller votre jardin, mais vous prendrez garde à ce que celles-ci ne prennent pas, dans leur champ, la pelouse de votre voisin. Vous n’avez nul besoin de savoir quand il fait un barbecue ou comment il taille sa haie.

Des cas particuliers pour les particuliers

Au sein de votre famille, vous devez vous assurer que les personnes consentent à être filmées, en tenant compte que le droit à l’image s’exerce pour chacun. Belle-maman, ou votre gendre n’ont peut-être pas envie de sourire à tout instant !

Enfin, pour les personnes travaillant — même temporairement – chez vous, le Code du travail s’applique de la même façon que pour une entreprise. Il est interdit de filmer un travailleur à domicile dans ses faits et gestes, l’utilisation de la vidéosurveillance devant se limiter aux endroits où elle se justifie. À vous de régler votre système en conséquence. Si vous avez du personnel régulièrement chez vous, il est nécessaire de déposer une déclaration d’installation à la CNIL.

Toutes ces formalités et restrictions peuvent sembler contraignantes. Mais, rappelons-nous, qu’il nous arrive également d’être sous les feux des projecteurs et que nous sommes contents de nous savoir protégés par une législation qui respecte notre vie privée et notre droit à l’image.

La caméra de vidéosurveillance numérique idéale

Même si les caméras de vidéosurveillance d’intérieur ont tendance à se démocratiser, avec notamment pour objectif la sécurité des tout-petits, celles que l’on positionne à l’extérieur sont de loin les modèles les plus demandés.

On les utilise pour surveiller des biens et des personnes. Elles peuvent aussi servir à contrôler des processus de fabrication ou des activités en cours dans le monde de l’entreprise et de l’industrie. Les modèles que l’on trouve sur le marché sont très nombreux, mais existe-t-il une caméra de vidéosurveillance idéale ?

Celle qui satisferait tous les besoins de vidéosurveillance en extérieur. En fait plusieurs paramètres sont à considérer selon le contexte d’utilisation. Ils sont à pondérer dans ce sens. La qualité de l’acquisition La définition et la résolution d’une caméra de surveillance est définie par trois paramètres tout aussi importants les uns que les autres. Tout d’abord la taille de l’image est prépondérante. Plus elle est grande plus on pourra observer des détails, particulièrement en utilisant un zoom.

Celui-ci peut-être mécanique comme sur une caméra normale ou exécuté par une fonction d’un logiciel. Dans le deuxième cas la résolution de l’image, sa largeur fois sa longueur mesurée en points ou pixels, déterminera le facteur de zoom maximum que l’on pourra utiliser sans distorsion. La norme actuelle serait plutôt celle des caméras qui adoptent une résolution HD, soit 1080 points d’écran en largeur. La couleur est tout aussi importante. Il n’y a pas de vraie caméra noir et blanc, on parle plutôt d’images en niveau de gris. Comme pour un ordinateur plus le nombre de bits d’informations dédiés à la couleur est élevé, plus le nombre de couleurs est élevé.

Par exemple 8 bits d’information de couleur autorisent le codage de 256 couleurs. Les caméras actuelles utilisent plutôt 16 bits soit 2 puissance 16 couleurs et c’est bien suffisant. La luminosité est importante surtout la nuit. Elle peut aussi être réglée par une fonction logicielle mais il est préférable d’avoir une caméra équipée de LEDS infrarouges pour avoir de bonnes images nocturnes. La qualité de l’acquisition dépend aussi de la vitesse d’acquisition. Plus celle-ci est rapide plus les images sont définies, sans flou, et les mouvements fluides. De nos jours il n’est pas rare de bénéficier de vitesses de captation d’image supérieures ou égales à 30 images par seconde.

Avec une qualité HD c’est une configuration plus que satisfaisante. On peut avoir besoin de plus hauts débits dans le cadre d’une utilisation en entreprise afin de surveiller des processus en temps réel. La technologie de diffusion Une fois l’image captée elle doit être diffusée vers un moniteur de contrôle, vers un système d’enregistrement voir vers les deux à la fois. C’est souvent ce dernier cas qui fait école. La plupart des caméras, qu’elles soient anciennes et analogiques ou plus récentes souvent numériques utilisent en général un câble pour retransmettre leurs images. On peut malheureusement les sectionner.

Il existe bien des caméras qui utilisent les ondes radios pour la transmission mais elles ont tendance à se raréfier à cause de leur coûts et des récentes avancées technologiques. De plus en plus les caméras de vidéosurveillance sont numériques et elles profitent donc de tous les avantages procurés par leur format. Elles ont notamment recours au wifi pour acheminer les images qu’elles captent. Une caméra numérique n’est ni plus ni moins qu’un petit ordinateur spécialisé dans l’acquisition et le traitement d’image. Tous les ordinateurs peuvent se mettre en réseau, la caméra de vidéosurveillance aussi. La transmission des données sans fil a fait un grand pas technologique en avant avec l’invention du wifi. Finis les câbles que l’on peut couper et les fiches compliquées à monter et à installer.

Un simple module wifi implanté dans la caméra lui permet de diffuser des images vers un routeur ou un autre appareil comme un smartphone. Pour certains modèles le wifi est bidirectionnel, on peut envoyer des ordres à la caméra, comme de zoomer par exemple. Les images transmises par la caméra sont accessibles depuis tout autre appareil équipé d’un module wifi. Lorsque le flux d’images est dirigé vers un routeur on bénéficie de bien plus d’options. Les images pourront être partagées par plusieurs ordinateurs, stockées sur des supports informatiques et même envoyées à l’autre bout du monde. Ce petit prodige technique s’accomplit grâce à la connexion internet. Un programme adapté récupère les images en provenance du routeur et les diffuse vers des destinataires autorisés.

La capacité de stockage Que l’on ait relié sa caméra de vidéosurveillance par fil ou par wifi à un dispositif de stockage le principe est le même. Par fil cela va plus vite que par le wifi parce que ce que l’on appelle la bande passante, la taille du tuyau par lequel passent les images, est plus grande. Le wifi suffit cependant à assurer une diffusion et un stockage en temps réel très satisfaisant. Certains systèmes proposent d’ailleurs de ne stocker que quelques images par seconde afin d’économiser de l’espace disque.

Mais ce n’est pas un vrai problème. Avec l’évolution des méthodes de compression des information, le MP4 par exemple, et la chute du prix des disques, le stockage des images de vidéosurveillance n’est plus un défi. D’autant que de nombreux systèmes proposent de stocker les images sur le cloud, des serveurs informatiques reliés à internet, ce qui rend les capacités de stockage théoriquement infinies. L’alimentation en énergie Pour fonctionner votre caméra de vidéosurveillance à évidemment besoin de courant électrique. Là encore les progrès ont été grands ces dernières années. On n’a plus besoin de tirer un câble d’alimentation, qui peut être sectionné, pour faire fonctionner la caméra.

On n’a qu’à changer la batterie toutes les 24 heures ou plus, et cela risque encore de s’améliorer. La nouvelle tendance serait plutôt d’utiliser des panneaux solaires de petite taille qui alimentent la caméra. C’est désormais tout à fait possible, des modèles peu chers existent déjà. En résumé La caméra de vidéosurveillance idéale est celle qui fonctionne en permanence, qui ne nécessite pas de tirer des câbles de diffusion et d’alimentation que l’on peut couper.

Sa définition d’image doit être assez bonne pour effectuer de bons zooms et bien fonctionner même de nuit. Les images devraient pouvoir être stockées sans se soucier de la capacité des supports. Ce serait donc une caméra de vidéosurveillance HD, reliée par wifi à un routeur proche. Elle diffuserait ses images à des utilisateurs autorisés sur le réseau, stockerait ses informations sur le cloud et serait alimentée par panneaux solaires. Sa propre sécurité serait assurée et les images captées ne pourraient être effacées sans votre consentement. Ajoutez-lui la détection de mouvement et la reconnaissance faciale, deux techniques très au point, et vous obtiendrez la caméra de vidéosurveillance dont rêve chaque amateur et chaque professionnel de la sécurité.

Pourquoi installer un système de vidéo surveillance dans une maison ?

Si vous n’avez jamais été cambriolé, vous connaissez sans doute des personnes autour de vous qui ont été confrontées à ce triste événement. Il ressort de leur propos la nécessité d’installer une alarme à leur domicile, Non seulement, pour éviter d’être lésé d’objets et de biens de valeurs mais surtout pour éviter le traumatisme psychologique engendré par cette agression

Les dégâts sont de deux sortes. Matériels avec la disparition d’objets et de biens. Cela peut aller des bijoux, à la caravane dérobée en pleine nuit dans le garage en passant par la télévision ou même des lunettes de vision pour la chasse. Les assurances sont là pour couvrir leur perte et les événements de la vie vous apprennent à relativiser la perte de ces objets.

En revanche, les dégâts psychologiques sont plus dramatiques. Après un cambriolage, vous ressentez la violence psychologique de cette agression contre votre intimité. Savoir que quelqu’un est entré à votre insu chez vous et a fouillé dans vos affaires personnelles volant parfois des biens ayant plus de valeur sentimentale que matérielle est souvent assimilé à un « viol ».

Parce que prévoir vaut toujours mieux que subir

Retrouver sa maison sens dessus dessous, les tiroirs retournés, les armoires vidées de leur contenu et les serrures forcées est intolérable. L’audace de certains cambrioleurs n’a pas de limites lorsqu’on constate que certains n’hésitent pas à déceler un coffre-fort pour l’emporter ou à s’introduire en plein jour alors que les propriétaires sont à quelques mètres d’eux.

Aucun système d’alarme ou de vidéo surveillance n’empêcheront ceux-ci de commettre leur délit. En revanche, il peut être réellement dissuasif. À chacun d’installer le système qui conviendra le mieux à ses besoins et sa maison, voire de l’associer en complément à d’autres systèmes.

La vidéo surveillance permet de contrôler à tout instant votre domicile où que vous soyez. Des caméras reliées à votre téléphone vous renseignent immédiatement. Un système de vidéo surveillance se compose de caméras et d’un lecteur enregistreur de vidéosurveillance connecté par un réseau IP ou un moyen de communication analogique. Ces caméras filment 24 h sur 24 selon les plages horaires programmées ou, dès l’instant qu’elles ont détecté un mouvement dans leur zone. Vous pouvez visionner leur film depuis votre domicile grâce à un logiciel installé sur votre ordinateur ou à distance par l’intermédiaire de votre smartphone.

Conformité légale de votre installation

Lorsque vous installez ce système à des fins personnelles dans votre maison, vous n’êtes pas tenu à le déclarer en préfecture et auprès de la CNIL. En revanche, si des personnes extérieures travaillent chez vous régulièrement (femmes de ménage, garde d’enfants, employés réguliers) vous devrez déclarer votre installation de vidéo surveillance à la CNIL si les images sont enregistrées lors de leur passage.

Dès que l’alarme de votre vidéo surveillance est enclenchée, une sirène sonnera si une intrusion est détectée par une caméra. Les systèmes de zonage ou de détection partielle limitent l’aspect intrusif de cette installation dans une maison. Vous pourrez activer celui-ci dans une partie de vos pièces et mettre sous surveillance tout votre rez-de-chaussée et montée d’escalier tandis que vous dormez paisiblement à l’étage. Seule précaution à prendre si vous vous relevez dans la nuit et descendez, débranchez votre boitier au moment où vous franchissez la zone surveillée pour ne réveiller personne.

Réaliser une installation conforme à vos habitudes de vie

Si vous possédez des animaux domestiques, équipez-vous d’un système prévu pour les détecter. Cela vous évitera d’avoir à intervenir chaque fois que vos chat ou chien passent devant un capteur. Avant d’acheter votre équipement de vidéo surveillance, vérifiez qu’il peut fonctionner avec des piles en cas de coupure de courant.

Pour continuer à émettre des alertes en cas de connexion ADSL hors service, il faut que la centrale soit d’un module de transmission GPRS ou GSM (les alertes sont transmises par le réseau mobile), soit d’un mode RTC (les alertes sont transmises par la ligne téléphonique classique, à condition d’être toujours abonné à France Télécom).

Pour optimiser votre installation, configurez votre installation en fonction de votre logement et de vos habitudes de vie quotidienne. Prévoyez un détecteur par fenêtre et par porte, des capteurs de mouvements et plusieurs caméras. Pour les extérieurs de votre habitation, équipez-vous d’alarme avec un flash de préférence facilement repérable par vos voisins et la police. Constituez un réseau de voisins ou d’amis qui pourront intervenir si vous n’êtes pas sur place. Imaginez que vous soyez en vacances à quelques milliers de kilomètres dans un gite de randonnée, vous ne serez pas le premier sur place, même si vous êtes le premier prévenu !

Des caméras pour filmer la nuit sans aucune source de lumière

Les kits de vidéo surveillance permettent de réaliser jusqu’à 20 jours d’enregistrement ou plus. Vous pourrez ensuite choisir de coupler les caméra entre elles, avec une planification des horaires et le déclenchement des alarmes. Chaque kit est livré avec sa propre connectique alliant vidéo et alimentation et des câbles de 20 mètres par défaut. Si besoin, vous pouvez ensuite adapter des câbles plus longs et posez des caméras supplémentaires avec d’autres options.

Les kits disponibles sont livrés avec 2 à 16 caméras en fonction de la superficie à visualiser. Les caméras IP, directement reliées sur votre ordinateur sous système Windows ou Mac, sont prévues pour filmer par nuit noire sans aucune source de lumière sur une distance de 10 mètres. Les images ont une excellente définition et vous pouvez les regarder depuis votre iPhone ou votre PC.

Les systèmes de vidéo surveillances ne se contentent plus de sonner, ils appartiennent à la génération de la domotique et rendent votre maison intelligente. Ces automatismes gérés depuis votre téléphone vous permettront de quitter votre domicile plus sereinement et de réaliser des économies d’assurance. N’oubliez pas de compléter votre dispositif par une présence humaine. Pensez, par exemple, à faire tondre régulièrement votre pelouse et arroser vos fleurs et jardinières, voire à automatiser un éclairage à l’intérieur de pièces pour simuler votre présence.Avant de partir, signaler votre absence au commissariat de votre ville ou à la gendarmerie pour qu’ils passent lors de ronde. Toutes ces mesures simples à mettre en place et dissuasives vous éviteront les embarras d’une tentative de cambriolage.